REMILLY EN MONTAGNE

Situé dans l'étroite vallée de la Sirène, la commune de Remilly en Montagne est dominée au Nord par les hauteurs de la Montagne (alt. 565 m), au nord-est par celles de Montfeulson (alt. 536 m) et au sud par le Mont Rond (alt. 561 m)

Le village est divisé en deux parties : l'une le long du ruisseau et sur les pentes de la montagne ; l'autre à l'ouest, groupée sur la hauteur, autour de l'église.

Population :  106 habitants

Superficie : 846 hectares

Altitude : 350 mètres

Fête communale :

Fête patronale : Saint Pierre-ès-Liens 1er dimanche d'août                                                   Saint Pierre

Nef unique de 5 travées 19ème

En 1169, REMILLY possédait déjà une église, que l'évêque de LANGRES donna en partie au chapitre de sa cathédrale. La date de construction des parties les plus anciennes de l'édifice est inconnue.

Aux environs de 1515, construction d'une chapelle dédiée à Saint Anne par Guillaume de Fontette; le blason de Madeleine d'Oiselay, sa femme, orne la chef de voute de la chapelle.

En 1829, construction d'une sacristie entre les deux chapelles. En 1830, réparation du clocher, ébranlé par la descente des cloches. En 1841, d'après le rapport de l'architecte Sirodot sur l'état de la construction, la nef "n'a qu'une voûte en bois et en plâtre, en portion de cercle très abaissé"; la couverture est en pierre. Cette partie  de l'édifice étant très dégradée, on décide sa reconstruction ainsi que celle de la chapelle à gauche du cœur. Le 13 juillet 1844, adjudication des travaux selon les plans d'auguste Sirodot, architecte à Dijon; réception des travaux le 27 novembre 1846.

En 1865, les vitraux sont brisés par "un misérable fol". En 1891, reconstruction de la partie haute du clocher d'après les plans de Jean Laborey, architecte à Paris.

Histoire

Avant 1789, du gouvernement de Bourgogne, baillage et subdélégation d'Arnay le Duc, baronnie de Sombernon.

Du Diocèse de Langres, doyenné de Saint Seine avant 1731; puis du Diocèse de Dijon, doyenné de  Sombernon.

Village affranchi en 1619.

Paroisse érigée en 1803.

Population : 27 feux vers 1400, 77 feux et 230 communiants en 1775, environ 500 âmes en 1840, 320 à la fin du XIXème siècle, 168 habitants en 1932.

 

Sobriquet : (d'après Clement Janin)

Lé soulon, les ivrognes - Ils avaient cela de commun avec les habitants d'Ephraïm, que le prophète Isaïe appelle brutalement "les ivrognes d'Ephraïm"

Jadis soullon était synonyme de torchon :

Et n'eusses-tu envers eulx ung soullon,

Appaise-toy, et mectz fin en tes diz :

Par mon conseil, prens tout en gré, Villon !

(Villon - Ballade de la Fortune)

 

Uncey le franc

Village Précédent

Village suivant

Agey
t Retour carte