CORCELLES les MONTS

Où l'on voit le mont blanc

Population :  709 habitants

Évolution démographique
1962 1968 1975 1982 1990 1999
228 258 328 757 783 709

Superficie : 1433 hectares

Altitude : 480 mètres

Fête communale : 29 juin 

du 19ème. Toile votive 17ème, groupe sculpté 16ème

Château de Gouville 18ème

Collines boisées. Mont Afrique (600m) : panorama sur Dijon et la vallée de l'ouche. Bois du Crucifix

Origine du nom : (d'après G. TAVERDET -  Noms de lieux de Bourgogne- ed. Bonneton - 1994)

"Court" signifie Domaine, son origine est le latin classique cohors devenu en roman cortis

et son diminutif est "corticella"

Sobriquet : (d'après Clément Janin - 1880)

Les ânes  C'est un pays où l'on ne voit que des ânes, disait Piron.

Le curé de CORCELLES, nommé Martin, qui avait été précepteur du poète, écrivit une lettre charmante à son père l'apothicaire quand parut l'Ode aux Beaunois :

"Piron n'y pense pas peut être,

Abusant de Martin pour railler un Beaunois,

Disciple Ingrat ! méprises tu le maître

Qui t'étrilla plus de cent fois ?

"Vous savez, Monsieur, que je dis vrai, continue le jovial curé ; et si les coups de fouet que je lui ai imprimés tant de fois sur les fesses ne le sont plus dans sa mémoire, il n'y a pas eu de ma faute. Il n'est pas moins vrai de dire que Martin à souvent étrillé le baudet. Je crois qu'il étudie en droit.... Il peut venir prendre ses degrés à Corcelles : notre Université le recevra à bras ouverts et l'agrégera dans son corps..."

Piron répondit :

Si tu m'as étrillé quand j'étais ton disciple,

Peut être je pourrais te brider aujourd'hui.

L'Université de Corcelles n'est pas moins célèbre que celle d'Asnières et que le fameux collège de Vaisson, un moulin près de Dijon. On dit souvent d'un homme ignorant et grossier : "il a fait sa rhétorique en Vaisson, entre quatre bœufs"

Cette réputation de Vaisson est ancienne. On lit en effet, dans le réveil de Bon-Temps, pièce de 1623 :

N'é vo pa vu darei Vaisson

Dé fô qui pipein lo leçon

Dé fô bé qu'ai sein filôsôfle,

Ai qui on é fouaillé le môfle ?

Ainsi les collèges  d'Asnières, de Vaisson, de Plombières et l'Université de Corcelles étaient fleurissants dès le XVII ème siècle, peut être même au XVI ème siècle, alors que Dijon possédait son fameux collège des Martins.

 De toute ancienneté, leur étudiants, amenant le bois et la paille à Dijon, étaient déchargés devant l'hôtellerie du Chapeau rouge, situé au XIV ème siècle, rue de la Gramore, aujourd'hui rue Bossuet. Les concerts de ces ânes incommodant fort les voisins, la Chambre des villes les envoya, en 1552, sur la place saint Jean, vis à vis l'hôtel d'Orange.

Mais aussitôt que Dijon se paya le luxe d'une académie, les chantres de la place saint Jean se donnèrent rendez vous sur le Pont-Arnault. On pouvait voir, il n'y a pas plus de trente ans, les forts en thème de Vaisson et autres lieux, attachés après les barreaux des fenêtres de l'académie qui a couronné Jean-jacques, et y discourant comme en pleine université beaunoise.

C'était là qu'un beau jour certaine marchande de petits fagots ayant bu un coup de trop, dormait à coté de sa monture. Des étudiants la juchèrent à rebours sur son âne, dont ils lui attachèrent la queue entre les mains, et hue, Cadet !

Alors la pauvre femme, à moitié dégrisée, de s'écrier :

- Ah ! lé brigan, el on côpai lai tête ai mon âne !

Extrait du Dictionnaire des communes d'Emile T.:

Corcelles-les-monts, sur le Mont-Afrique. Carrières de pierre calcaire. Eaux minérales ferrugineuses. Magnanerie. 

402 habitants.

Le chateau de Gouville

 

Velars sur Ouche

Village Précédent

Village suivant

Marsannay la Côte
t Retour carte